Stade 3 france medioffice

Epidémie Covid 19 – Stade 3 – La France Confinée

Désormais en stade 3, la France vit à l’heure du confinement depuis mardi 17 mars.

Si cette mesure paraît coercitive, elle serait le seul moyen de contrer définitivement la hausse de la pandémie de coronavirus Covid-19. Et plus elle est prise tôt, plus elle est efficace. Le confinement pour endiguer la propagation du Covid-19 a pris effet ce mardi 17 mars à midi en France.

« Restez chez vous ! »

Voici le nouveau mot d’ordre pour lutter contre la propagation du virus Covid-19 en France.

Sur tout le territoire, 7.730 cas de contaminations au covid-19 étaient dénombrés, pour 175 décès, selon les chiffres fournis par Santé publique France le 17 mars à 15h.

Le confinement pour endiguer la propagation du Covid-19 a pris effet ce mardi à midi. Les sorties et contacts doivent être réduits à leur minimum. Chaque déplacement doit être justifié. Toute personne devra présenter une attestation dérogatoire dûment complétée, datée et signée. L’infraction sera verbalisée par une amende de 135€.

ATTESTATION DE DÉPLACEMENT DÉROGATOIRE
En application de l’article 3 du décret du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales
nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire
Je soussigné(e),
Mme/M. :
Né(e) le :
À :
Demeurant :
certifie que mon déplacement est lié au motif suivant (cocher la case) autorisé par l’article 3 du
décret du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à
l’épidémie de Covid19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire1 :
Déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle,
lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous
forme de télétravail ou déplacements professionnels ne pouvant être différés2
.
Déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité
professionnelle et des achats de première nécessité3 dans des établissements dont les
activités demeurent autorisées (liste sur gouvernement.fr).
Consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés ;
consultations et soins des patients atteints d’une affection de longue durée.
Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes
vulnérables ou la garde d’enfants.
Déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal
d’un kilomètre autour du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des
personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec
d’autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un
même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie.
Convocation judiciaire ou administrative.
Participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative.
Fait à :
Le : à h
(Date et heure de début de sortie à mentionner obligatoirement)
Signature :
1 Les personnes souhaitant bénéficier de l’une de ces exceptions doivent se munir s’il y a lieu, lors de leurs
déplacements hors de leur domicile, d’un document leur permettant de justifier que le déplacement considéré entre
dans le champ de l’une de ces exceptions. 2 A utiliser par les travailleurs non-salariés, lorsqu’ils ne peuvent disposer d’un justificatif de déplacement établi par leur
employeur.
3 Y compris les acquisitions à titre gratuit (distribution de denrées alimentaires…) et les déplacements liés à la
perception de prestations sociales et au retrait d’espèces.

Mais quels sont les effets du confinement pour juguler la pandémie ? Examinons ce que nous apprennent les exemples chinois et italien. 

La Chine, vers une sortie de crise

Le gouvernement chinois a pris des mesures radicales pour restreindre les contacts et la propagation du Covid-19. A la fin du mois de janvier, des villes et régions se sont retrouvées totalement verrouillées. Les patients présentant des symptômes peu graves ont été placés dans des centres d’isolement temporaire et de nouveaux hôpitaux ont été construits.

Dans le même temps, les habitants de Wuhan – épicentre de l’épidémie – et d’autres villes touchées ont reçu l’ordre de rester chez eux. Les entreprises et les écoles sont restées fermées. Près de 60 millions de personnes ont été mises en confinement dans la seule province de Hubei. 

Mais ce confinement de grande ampleur porte ses fruits. Après avoir dénombré plus d’un millier de nouvelles contaminations quotidiennes en février, le gouvernement chinois a affirmé la semaine dernière avoir « pratiquement jugulé » le virus. Un seul nouveau cas a été détecté le 17 mars. Mais la Chine craint désormais un retour du Covid-19 via les visiteurs en provenance de l’étranger. La ville de Pékin a ainsi commencé à placer lundi les arrivants de l’étranger en quarantaine obligatoire de 14 jours dans des hôtels. 

A Codogno, épicentre italien de l’épidémie

Codogno, paisible ville lombarde de 15.000 habitants, est devenue malgré elle un des symboles de l’arrivée de l’épidémie en Italie après que les tous premiers cas de Covid-19 ont été enregistrés ici. Située au cœur de la zone rouge, Codogno et plusieurs communes voisines sont entrées en confinement dès le 23 février. Puis, le gouvernement italien a étendu cette mesure le 8 mars à la région de Lombardie, puis à tout le pays le 11 mars. 

Résultat, aujourd’hui à Codogno il n’y a plus aucun nouveau malade enregistré. Mais les autorités sanitaires restent prudentes, le virus est toujours présent mais sa propagation a été sérieusement ralentie grâce au respect des règles de confinement. En revanche, les chiffres sont toujours aussi inquiétants dans le reste du pays. L’Italie, pays d’Europe qui paye le plus lourd tribut à la pandémie de coronavirus, a dépassé la barre des 2.000 morts, avec 349 décès dans les dernières 24 heures, selon le bilan officiel publié le 16 mars. 

Le confinement contient la propagation

Grâce à une série de graphiques, le quotidien américain Washington Post démontre que le confinement permet de baisser considérablement le nombre de cas. Le Washington Post a fait une simulation mathématique sur une ville de 200 habitants des États-Unis dont une seule personne est malade. Progressivement, le virus se répand et le nombre de personnes infectées augmente rapidement. 

Mais avec l’application de la distanciation sociale, la progression ralentit fortement et n’atteint jamais la majeure partie de la population. La courbe de la propagation ‘s’aplatit’ et cette manière de contenir l’épidémie permet de ne pas surcharger les services de soins.  

Les Etats-Unis font face à une propagation rapide où le premier cas a été enregistré le 22 janvier. Aujourd’hui, ce sont plus de 2.000 personnes qui sont infectées. « Si le nombre de cas devait continuer de doubler tous les trois jours, il y aurait environ cent millions de cas aux États-Unis d’ici mai », prédit le Washington Post

Près de deux milliards d’habitants confinés. Le monde entier se calfeutre pour tenter de lutter contre la pandémie de coronavirus.

La France est officiellement en état d’urgence sanitaire pour deux mois, éloignant ainsi la perspective de sortir fin mars du confinement. « Beaucoup de nos concitoyens aimeraient retrouver le temps d’avant, le temps normal, mais il n’est pas pour demain », a prévenu le Premier ministre, Edouard Philippe, en annonçant un durcissement des mesures.